retour accueil
visites du musée
  le travail de rivière
  le tannage lent
  les machines
  les outils
Les Tanneries à Château-Renault
 Les premières tanneries, sites où l'on travaille le cuir, ont vu le jour au Moyen-Âge vers 1480.
La situation géographique de la Touraine état idéale pour développer une telle activité. En effet cette région compte de nombreux cours d'eau. La Loire avec son lent débit favorise les échanges commerciaux, notamment avec Nantes (ville portuaire). Les eaux les plus rapides sont privilégiées pour faire fonctionner les moulins à tan mais aussi pour le travail de rivière.
L'arrivée de l'activité à Château-Renault est aussi le résultat de l'odeur nauséabonde que certaines tanneries de Vendôme (à 30 Km) dégageaient. Elles incommodaient Diane de Poitiers, favorite d'Henri II.
C'est au XVI ème siècle que la tannerie apparaît sous la forme d'une véritable industrie. En 1543, le maître tanneur Bertrand PELTEREAU reçoit les lettres patentes royales l'autorisant à implanter sur le Gault une manufacture de ce genre.
Château-Renault présentait de nombreux avantages : la ville est située au carrefour de deux rivières la Brenne et le Gault. Des forêts de chêne (en Gâtine) sont à proximité , idéales pour les écorces. Le processus de fabrication est des plus traditionnels avec un tannage à l'écorce de chêne.

Vers 1786, une importante crise du textile a poussé les fabriques de draps à se reconvertir dans le cuir. Petit à petit d'autres tanneries se sont installées. Ce sont surtout les peaux de veau et de vache qui sont travaillées à ce moment là. La clientèle était constituée de cordonniers, bourreliers et selliers.
en 1806, Château-Renault est au premier rang des tanneries d'Indre et Loire avec 24 maître tanneurs sur 84, 230 fosses sur 606 et 250 ouvriers sur 821. La fermeture des marchés sous l'Empire et la politique protectionniste de la Restauration vont être à l'origine de nouveau marchés vers le midi de la France et l'Italie.
Une autre raison de l'essor de la tannerie est liée à l'introduction par Placide PELTEREAU de la mécanisation dans la fabrication des cuirs, puis au développement des moyens de transport avec l'arrivée du chemin de fer en 1867.
Ces cuirs étaient reconnus mondialement. Vers 1890, certains disaient même que "Château-Renault était pour le cuir ce que Lyon était pour la soie, Lille pour les laines et Bordeaux pour les vins".
Une des qualités principales des cuirs, qui a permis d'accéder à cette notoriété, est la façon tannage extra lent. Il faut entre 24 et 30 mois pour passer d'une peau brute à une cuir tanné.
 
 
   
 © les amis du musée du cuir
contact  |   infos légales / crédits  |  intranet   |